Histoire et patrimoine

Imprimer
PDF

Petit village traditionnel pyrénéen, habité par 198 âmes (dernier recensement de 2007), est situé à 1250 m d’altitude, au pied du Pic du Midi (2877 m) et du mythique Col du Tourmalet. Contrairement à de nombreuses stations thermales, connues avant l’époque romaine, Barèges jouit d’une fréquentation relativement récente. Sa situation géographique en fond de vallée, et la proximité du Bastan, cours d’eau impétueux aux réactions vives, ont rendu difficile le développement de ce hameau, au départ coupé du monde et soumis aux nombreuses avalanches et inondations.
Les premiers utilisateurs de l’eau chaude et sulfureuse seraient les bergers qui, au Moyen-Age, venaient tremper leurs brebis malades ou blessées. A l’époque, Barèges était constituée d’un bassin de pierres brutes et de quelques cabanes.
thermesLes vertus des eaux de Barèges sont étudiées dès la fin du 17ème siècle, les sources sont alors utilisées pour soigner les soldats blessés. Barèges est déclarée ville de garnison. Peu à peu, la célébrité des sources se répand. Le Duc de Maine, fils de Louis XIV, et Madame de Maintenon y viennent en cure, bien que l’accès y soit très difficile. La première route ne sera construite qu’au milieu du 18ème siècle ; elle relie alors Lourdes à Barèges, via le Tourmalet. Les curistes arrivent en chaises à porteurs. Un siècle plus tard, la réalisation de la route actuelle des gorges depuis Pierrefitte est lancée. Ce projet titanesque est à l’initiative de Napoléon III qui se rendra à Barèges en 1859, accompagnée de sa femme Eugénie. La visite impériale sera la cause de grands travaux à Barèges, notamment la réhabilitation de la Caserne et des Thermes, construits à leurs emplacements actuels. Tout au long de son histoire, le thermalisme à Barèges s’illustre par la présence de curistes célèbres : le Cardinal de Richelieu, Colbert, Victor Hugo, George Sand. Il connaîtra un véritable engouement au 19ème siècle.
Parallèlement, se développent les activités de sports d’hiver où brilleront à bien des reprises, les enfants du Pays.

Quant à Barèges, d’abord appelé « Bourg des Bains » et considérée comme un quartier de Betpouey (le village en aval), il s’affranchit officiellement de sa tutelle en 1946 et devient commune à part entière. Cela engendra la construction d’une école, d’une mairie, d’une église et d’un cimetière.
Aujourd’hui, une plaque de marbre, place de la mairie, commémore cette création et rend hommage à son premier maire, Urbain Cazaux, alors instituteur du hameau.


Barèges en quelques dates :

1500 (environ) :

Barèges se compose d’un grand bain public et de quelques cabanes.

1670 :

Présentation des eaux thermales de Barèges à l’Académie des Sciences de Paris.

1675 :

création de l’Hôpital militaire.

1744 :

Construction de la première route entre Lourdes et Barèges, par le Col du Tourmalet.

1858 :

Réalisation de la route actuelle des gorges de Pierrefitte à l’explosif sur décision de Napoléon III qui se rendra à Barèges un an plus tard.

1861-1864 :

Reconstruction de l’Hôpital militaire et des Thermes.

1861 :

Installation des premiers paravalanches par le service de Restauration des Terrains en Montagne (RTM) sur les pentes du Capet pour protéger le village.

1905 – 1907 – 1915 :

Trois avalanches sur Barèges.

1910 :

1ère épreuve cycliste par le Col du Tourmalet.

1922 :

1ère école militaire de ski des Pyrénées à Barèges. 1936 : Création de l’école de ski à Barèges.

1936 :

Construction du premier tronçon du funiculaire de l’Ayré.

1946 :

Création de la Commune de Barèges.


Accès à Barèges

picto_acces_degage

Accès sans équipements obligatoires

Conditions de circulation
Venir à Barèges
Plan de Barèges

Météo

Météo Barèges © meteocity.com
btn_galerie

btn_liens

  • grand_site
  • grand_tourmalet
  • npy
  • cieleo